Après un mois de mars particulièrement chargé, j’ai eu envie de ralentir un peu le rythme niveau lecture, et surtout, de me replonger dans les œuvres de certain.e.s de mes auteurs et autrices préféré.e.s. Comme pour la dernière sélection, j’ai essayé de vous trouver des versions ebooks, si vous souhaitez les lire avant la fin du confinement. J’en profite également pour partager ce site, qui recense les initiatives de librairies indépendantes pour se maintenir à flot en cette période compliquée. Il y a des options de “click and collect”, mais aussi d’achat de bons cadeaux à dépenser plus tard.

Autobiographies

Chagrin d’école, de Daniel Pennac

Il y a un an à peu près, j’avais dévoré Journal d’un corps, un roman de Daniel Pennac dans lequel un homme fait le récit des évolutions de son corps de son enfance à sa mort. Ce livre avait été une vraie claque, l’un des rares à m’avoir fait pleurer (oui c’est possible). Je m’étais alors mis en tête de lire toute la bibliographie de l’auteur. Dans Chagrin d’école, il nous parle de ceux et celles que l’on appelle les “cancres” : les derniers de la classe, ceux qui ne comprennent pas, pensent qu’ils “n’y arriveront jamais”. Il puise directement dans son histoire pour ce récit, puisqu’avant d’être auteur et… prof, il a eu une scolarité jugée “désastreuse”.

Daniel Pennac, qui reçoit chaque année des dizaines d’appels de parents inquiets, explique comment il a fini par trouver l’envie d’apprendre. Il déconstruit l’idée selon laquelle avoir de mauvais résultats à l’école signifie que l’on va “rater sa vie”.

Disponible au format ebook sur Place des libraires.

Précaire !, de Mustapha Belhocine

Dans Précaire !, Mustapha Belhocine raconte ces “petits boulots” qu’il a enchaîné pendant quelques années en sortant de ses études, la plupart en intérim. Diplômé en sociologie, il pose un regard particulièrement acerbe sur les conditions de travail qu’il y subit. Les cadences, le management faussement aimable, la douleur physique du travail en usine ou en manutention, le manque de considération, l’absurdité de la recherche d’emploi, de l’emploi lui-même. C’est un petit livre remarquablement bien écrit, particulièrement déprimant, mais que je recommande chaudement.

Ce livre n'est malheureusement pas disponible au format ebook.

L’Analphabète, d’Agota Kristof

Agota Kristof (non, ce n’est pas une parodie d’Agatha Christie, oui je l’ai aussi cru un jour) est l’une de mes autrices préférées. Si vous aimez les livres glauques et l’écriture faussement simple, je vous invite notamment à lire sa trilogie des jumeaux, qui est un réel bijou -- et si vous êtes plutôt team récits de vie et Milan Kundera, plongez-vous dans Hier, vous ne le regretterez pas non plus.

L’analphabète est une courte autobiographie d’Agota Kristof, dans laquelle elle raconte son enfance, et surtout son exil. Née en Hongrie, elle doit fuir dans les années 50 l’armée soviétique, pour se réfugier en Suisse. C’est un pays qu’elle aime, mais dans lequel elle ne se sentira jamais vraiment chez elle. Je ne saurais pas vraiment décrire cette espèce de capacité de l’autrice à insuffler de la poésie et du beau même dans les récits les plus tragiques, mais vous l’aurez compris, je suis assez séduite, encore une fois.



Ce livre est disponible au format ebook sur le site Place des libraires.

Roman

Au bonheur des dames, d’Emile Zola

Zola est probablement mon auteur “classique” favori. Ce que j’apprécie chez lui, c’est cette façon de décrire les choses, avec une telle précision et justesse qu’elles nous semblent réelles. Dans Au bonheur des dames, il propose une trame bien à lui : l’histoire d’une jeune fille qui débarque à Paris avec ses deux petits frères, sans argent, ni travail, ni logement, et dont le quotidien va être inévitablement chaotique et déprimant. L'héroïne trouve toutefois une raison d'espérer : elle est subjuguée par les grands magasins du neuvième arrondissement (les Galeries Lafayette d’aujourd’hui) et l’effervescence qui y règne, et voudrait y travailler. Ce roman conte son ascension sociale, mais aussi sa difficulté à s’intégrer dans un monde qui n’est pas le sien. Comme d’habitude avec Zola c’est : très réaliste, très prenant, très joli.

Disponible au format ebook sur le site Place des libraires.

BD

Paroles d’honneur, de Leïla Slimani et Laetitia Coryn

Paroles d’honneur est l’adaptation au format bande-dessinée d’un essai de Leïla Slimani, Sexe et mensonges. Leïla Slimani y parle de la sexualité au Maroc. En 2015, elle part à la rencontre de plusieurs femmes qui lui racontent les tabous qui entourent ce sujet, et les conséquences désastreuses que cela peut avoir, notamment en termes de violences sexuelles. Elle revient sur la question de la virgnité, de la prostitution, de l’IVG et sur ce que c’est, d’être lesbienne dans un pays où les relations homosexuelles sont passibles d’une peine de prison. Si vous n’êtes pas familier.e avec le thème, c’est un ouvrage qui vous en apprendra certainement beaucoup. En plus des témoignages variés, l’autrice convoque des spécialistes, qui apportent un éclairage différent. Personnellement, ça m’a donné très envie de courir acheter son essai.

La BD est disponible au format ebook sur le site Place des libraires.


Au fait, j'ai créé un compte Instagram pour suivre les nouveaux posts de ce blog, si jamais ça vous intéresse. C'est @whitegirlproblems.blog .